Chine

Le Méandre du Vermisseau, Longtanzishuidong 龙潭子水洞

Ce site n'est plus à jour et n'est plus actualisé depuis 2011. Le nouveau est www.olivier-testa.com

03/03/2008

Olivier Testa - Han Feng

La jonction entre la grotte de Xinjiawanliangfengdong 辛家湾凉风洞 (voir Xinjiawan, expé 2005) et le reste du réseau de la Shuanghe était un objectif de cette expé. Jean et Xiao-Flo étaient parti continuer le méandre du vermisseau qui a de fortes chances de jonctionner avec le méandre des choux-fleurs gratinés de Xinjiawanliangfengdong. Ce petit méandre, étroit mais pas trop, se situe à 800m à vol d’oiseau du fond de Xinjiawanliangfengdong, et 100m plus bas. Pascal et moi avions déjà tenté l’explo quelques jours auparavant, et nous avions exploré une nouvelle branche (voir Longtanzishuidong).

Ce dimanche, nous partons donc, Han feng et moi, motivés pour une explo qui pourrait être difficile.
Nous rejoignons le sommet de la grande doline de Longtanzi en 4x4. Le sol a séché depuis trois jours avec l’arrivée du soleil. Nous descendons avec Da-Flo, Phil et Wuqini qui partent faire de la photo à Longtanzi,

Montant dans Longtanzi aval, nous traversons la rivière pour nous rendre dans la galerie des mosaïques, puis devant le début du méandre du vermisseau, je fais l’escalade pour prendre le départ en hauteur. Je me retourne vers Han feng. Je ne le connais pas, il ne parle pas anglais, mais selon Jean, il est increvable. Il me parait un peu hésitant sur l’escalade. Nous verrons. A partir de ce moment, la progression ne se fait plus qu’en opposition à mi-hauteur ou au sommet dans ce méandre de 7 à 10m de haut, 1 à 2m de large. La chute n’est pas envisageable : Elle ne serait probablement pas mortelle, mais un os cassé ou une cheville démise, et le retour serait compromis, une civière ne pouvant pas passer (d’ailleurs, il n’y a pas de civières spéléo en Chine !). Les rochers qui dépassent, les banquettes, ou simplement les petits choux-fleurs qui dépassent sont de bonnes prises pour bloquer mains, coudes, fesses, genoux, talons, orteils, et avancer en se coinçant pour ne pas tomber. Han feng suit bien, en transpirant. Nous avons un rythme excellent, et après 1h40 de progression, nous escaladons deux grandes marmites pour tomber sur le point topo terminal posé par Jean deux jours auparavant. Nous commençons les visées, mais quelques mètres plus loin, par manque de chance, nous butons sur un puits remontant de 9m. Grrr, si Jean avait su. Pour ne pas revenir directement, je commence une petite escalade, en accrochant une sangle sur un bout de rocher qui dépasse. Nous n’avons que ça, car pour avancer plus facilement dans le méandre, nous sommes partis sans sacs, et j’ai juste apporté trois sangles, au cas où...
La pas d’escalade n’est pas très dur, bien qu’un peu surplombant. Je me retourne pour voir si Han feng va passer. Il suit. 20 mètres plus loin, autre puits remontant. L’escalade de 5m se passe aisément. Le méandre continue encore dix mètres avec un troisième puits remontant, de 10m, avec une cascade qui en descend. Le grimper n’est pas très dur, mais l’escalade est déversante, sous la cascade, nous n’avons aucun moyen d’assurer la sécurité et je préfère m’arrêter là. Han feng, avant que j’ai eu le temps de dire Xiaozi, part dans l’escalade, sous le jet de la cascade, et passe le pas, trempé. Il partira reconnaître la suite, et un quatrième puits remontant bloque à nouveau la progression. Moi qui voulais jonctionner , ou au moins grandement avancer l’exploration de cette branche, je rentre plutôt bredouille. 43m de topographie, arrêt sur puits remontant. La prochaine fois, il faudra redescendre avec un sac de corde, et ca ne sera pas aussi facile. Nous retournons sur nos pas. De nouveau le méandre en opposition. Le retour me paraît long. J’ai l’impression que ce méandre a rallongé. De plus, mon coude me fait mal. Une inflammation articulaire que je traine depuis quelques mois, à qui les oppositions n’ont pas fait que du bien. Mais finalement, la sortie est là. Nous remontons de la doline pour retrouver Phil et Flo qui attendent le 4x4 depuis un heure. Petite sieste au soleil. Il y a 5 jours, il faisait glacial. Le temps change.
Encore une heure à attendre la voiture, puis le retour tant attendu, et un délicieux petit repas pour clore la journée

TPST : 6h Journée précédente - Journée suivante

retour rubrique: Guizhou 2008

Un message, un commentaire ?

Répondre à cet article

français
Guizhou 2005
Guizhou 2008

écrire à l'auteur

Espace privé
Dernier ajout: 19 mai 2016. Site réalisé sous SPIP