Aventures Spéléologiques

Bienvenue au Far-Est

Quatrième partie de ma newsletter au Congo

Ce site n'est plus à jour et n'est plus actualisé depuis 2011. Le nouveau est www.olivier-testa.com

Far Est

Mahagi est confiné à l’extrémité Est du Congo. Tellement à la frontière du Congo que le francs congolais n’a pas cours, et que l’on utilise le shilling Ougandais. Que dans la rue, on ne parle pas francais, mais le swahili du pays voisin.

Mahagi, Ituri

Mahagi, c’est une ville qui ressemble comme deux gouttes d’eau à une ville d’un film de Western américain -les téléphones portables en plus, et les gens un peu plus bronzés. Une rue principale en terre, bordée de maisons et de boutiques ayant pignon sur rue. Derrière cette rue principale, ce ne sont que passages étroits, sentiers entre des maisons plantées anarchiquement. Les gens cultivent leur lopin de terre entre les habitations. Le vent soulève parfois un immense panache de poussière. Le coiffeur coupe les cheveux en pleine rue. Un énorme dindon a pris possession d’une portion de route, et agresse en gloussant les mamans qui s’approchent de lui, et qui sont forcées de traverser la route (j’ai compris ce que voulais dire glousser). Les militaires se promènent dans la rue, la kalach’ en bandoulière. D’autres se promènent avec un long couteau à la ceinture. Dans le village voisin, un militaire énervé a tiré une rafale en l’air, et a blessé un passant au bras. Le far-west, vous dis-je.

Il y a un petit bar-télé. C’est-à-dire une paillote de 50m² avec un groupe électrogène qui permet de diffuser en permanence des images. Elle est bondée. Le dimanche, les gens essaient d’observer à travers les bambous faisant office de murs la seule télé « publique » de la ville. Accessoirement, le générateur est aussi utilisé par une boutique qui propose de charger les téléphones portables. Un peu plus loin se trouvent les trois boutiques de la ville, contiguës. On y trouve un bric-à-brac improbable de nourriture, d’articles ménagers, d’ustensiles de cuisine, de vêtements pour toute la famille, de quelques rares matériels électriques, de tissus, de meubles, de pelles, de pioches… tout ca sur 16m². Comme dans les film de western. Un tailleur raccommode de vieilles fripes avec sa machine à coudre à pédale. A son côté, le fer à repasser est encore chaud. C’est un fer à repasser à charbon.

Enfin, le soir, vers 18h, à la tombée de la nuit, une musique africaine sort de l’unique bar de la ville. A l’intérieur, c’est le rassemblement privilégié des élites, des militaires, des amants, des esseulés, des prostituées…

Vers 22h, la vile est morte depuis plus de deux heures et le bar se transforme alors en boite de nuit. Les portes à battant font passer brusquement de la rue principale à la petite salle de dance. Au comptoir, la serveuse à la poitrine généreuse attend de servir le poivrot qui passera. Assis sur de hautes chaises en bois, trois sont déjà accoudés au comptoir, dont un avec un vrai chapeau de cow-boy en imitation peau de zèbre. Dans les canapés, un couple s’ennuie, et deux militaires boivent leur bière. La musique est forte, et l’ampli sature sur toutes les fréquences. Au plafond, une boule à facettes reflète les lumières d’une guirlande de noël clignotante et met une ambiance de folie dans le dancing. Ce soir là, nous restâmes une heure sans un changement dans cette ambiance glauque, à écouter un militaire nous vanter les jeux de lumière dans le bar. Le far-west. Mais trois semaines auparavant, l’ambiance étaient radicalement différente. La piste de danse de 4m sur 2 avait du mal à contenir le petit monde qui se trémoussait sur la piste, enlacé par couple sur un zouk . Les entraineuses ougandaises faisaient du bon travail, et les tables étaient recouvertes de bouteilles de Nile, la bière brassée à l’eau du Nil (c’est ce qu’ils disent…)

Le Congo est un pays tout neuf. Tout est à (re)construire.

Après avoir été pendant plus de 50 ans la propriété privé personnelle du roi des Belges (le congo est 75 fois plus grand que la Belgique. Est-ce que les congolais savaient cela à l’époque ?), puis sous le joug de Mobutu durant 30 ans jusqu’en 96 (sous le nom de Zaïre) le pays est exsangue, l’état détruit. Des rebellions, la « guerre mondiale africaine » à la fin des années 90 au cours de laquelle plus de 10 pays ont envoyé des troupes se battre au Congo, et enfin une petite stabilisation générale après l’assassinat de Laurent-Désiré Kabila et la prise de pouvoir de son fils, Joseph. Les premières vraies élections que ce pays n‘ait jamais connu se sont déroulées il y a 4 ans. Tout est à construire. Un appareil étatique, une administration, un système éducatif, des voies de communications, etc…

A noter le cas particulier de l’Ituri, en 2003 où la guerre n’a fait que continuer, pour dégénérer en conflit ethnique toujours en cours.

Quelques noms des groupes armés

Savoir qui est allié de qui est difficile, car fluctuant : les alliances se font et se défont, les amis d’hier deviennent ennemis, les groupes politiques sont à dominante ethnique en Ituri

- FARDC : Forces armées de la République Démocratique du Congo (l’armée officielle du Congo, mise en place très très récemment)
- RCD-National : Rassemblement Congolais pour la Démocratie-National
- RCD-KML : Rassemblement Congolais pour la Démocratie-Mouvement de Libération (Kisangani) (qui a fait sécession du précédent)
- FLPC : force de libération pour le congo
- MLC : Mouvement pour la Libération du Congo
- UPC : Union des Patriotes Congolais
- FIPI : Front pour l’Intégration et la Paix en Ituri
- PUSIC : Parti pour l’Unité et la Sauvegarde de l’Intégrité du Congo
- FPDC : Forces Populaires pour la Démocratie au Congo
- FNI : Front Nationalise et Intégrationniste
- FRPI : Force de Résistance Patriotique en Ituri
- FAPC : Force Armée Populaire du Congo
- LRA : Lord Resistance Army

et des dizaines d’autres

Chacun a ses milices, soldats et armée…

Une douceur

Nous sommes quatre à table, dans notre petite maison sur les coteaux de Mahagi. Le repas se termine. Notre cuisinière n’est ni douée, ni motivée pour faire la cuisine, et le menu ne varie guère. Salade de tomate, riz à la sauce tomate, petits pois à la sauce tomate, pommes de terre à la sauce tomate, boulettes de viande à la sauce tomate, poisson à la sauce tomates… Il faudrait creuser cette histoire de sauce tomate.

C’est la fin du repas, chacun souffle un peu de la longue journée de travail qui se termine. Cécile annonce tout d’un coup : « ca vous dirait une petite sucrerie ? » Elle se lève, et ramène triomphalement de sa chambre un paquet de m&m’s. Elle le pose au milieu de la table, et un ange passe. Ce n’est qu’une bonne minute plus tard que l’on ouvre le paquet. Sérieusement, il y a un silence alors que chacun mange ses trois m&m’s, puis c’est l’éclat de rire. On vient de se rendre compte du ridicule de cette situation en d’autres circonstances.

Les prénoms

La série des prénoms introuvable en France se poursuit ici, après ceux trouvés au Cameroun

En vrac :

Immaculée, Espérant, Jean-de-dieu (très fréquent), Gédéon, Belle-vie, Polycarpe, Floribert, Godefroy, Eustache,

Mon Zizi ne vas pas très bien. Je l’ai autorisé à aller se faire soigner à Bunia, où des mains expertes l’ont remis en pleine forme. Il est revenu complètement remonté.

Je parle bien évidemment de mon magasinier, et de son prénom (tel qu’indiqué sur sa carte d’identité) qui provoque toujours un petit doute (et un sourire) quand on parle de lui en son absence.

Cuisine

Pour varier un peu la monotonie des repas, non avons construit un four à pain dans notre maison. Un simple four que l’on charge avec du bois pour cuisiner. L’autre moyen de cuisson utilisé est le makala. La braise. Un simple braséro que l’on alimente au charbon de bois.

Ca a été un peu technique au début, mais maintenant, j’arrive assez bien à doser la chaleur. Et une seule flambée de bois permet de faire cuire 2 fournée de 2,5kg de pain, un clafoutis banane-chocolat, un gratin de choux fleur et des meringues. Bon, je ne suis pas sur de respecter les « préchauffer le four », « enfourner à 180° » et autre « chaleur tournante ». Mais ca marche pas mal.

On relativise, et ca reste bon.

Sur la braise, j’ai encore du mal à faire chauffer à feu doux !

Les démobilisés

Suite à la guerre, plusieurs programmes de démobilisation ont été lancés par les nations-unies en RDC. Démobiliser les enfants-soldats, désarmer les miliciens, réintégrer tout ces soldats hors-la-loi dans la société n’est pas une chose facile, et ça a été un quasi échec. Il était proposé aux ex-miliciens de se rendre spontanément auprès des bataillons de l’ONU et de rendre leur arme en échange de quoi on leur assurait une formation pour retourner dans la vie civile, ou un poste dans l’armée congolaise.

Tout ca pour dire que de nombreux ex-miliciens se retrouvent maintenant dans la vie civile, et que l’on se retrouve dans une situation d’après-guerre où les anciens bourreaux côtoient au quotidien les anciennes victimes. Ainsi, j’apprend par confidences qui de mon équipe fait partie des ex-miliciens. Que tel personnage était lieutenant, agent de renseignement, voire responsable des opérations spéciales. Parfois, cela fait froid dans le dos, car les opérations spéciales, en Ituri, étaient assez spéciales. Mais chacun s’efforce d’oublier.

Expression

Qu’est-ce qu’on appelle un « élève finaliste », au Congo ?

Un élève en classe de terminale.

L’Or Rwandais et Ougandais

Ces deux pays n’ont que très très peu d’or sur leur territoire. Pourtant, depuis quelques années, le Rwanda et l’Ouganda se sont mis à produire et exporter des quantités d’or non négligeable. Etonnant non ?

retour rubrique: RD Congo

Un message, un commentaire ?

Répondre à cet article

français
Olivier Testa
Gouffre de Padirac
Chine
Spitzberg
Cameroun
Gabon
RD Congo
Tunisie
Randonnée

écrire à l'auteur

Espace privé
Dernier ajout: 19 mai 2016. Site réalisé sous SPIP