Chine

Journal de l’expé Guizhou 2005

Première partie : Fuyan

Ce site n'est plus à jour et n'est plus actualisé depuis 2011. Le nouveau est www.olivier-testa.com

Ce journal vous est proposé "brut de décoffrage. Soyez donc indulgent avec certaines remarques faites "à chaud". Pour une lecture plus enrichissante, lisez en parallèle les compte-rendus d’exploration rédigés dans un style plus spéléologique qui contiennent aussi de nombreuses anecdotes, ainsi que la présentation de la zone de Fuyan.

Lundi 28 février
Trajet Guiyang-Fuyan

Premier jour de notre périple en Chine. Arrivée à Guiyang après un vol Lyon-Amsterdam-Pékin-Guiyang. Nous y retrouvons Li Po, Qian Zhi, He Wei et toute la clique à l ‘aéroport. Guiyang, ville de plusieurs millions d’habitants pourrait ressembler à n’importe quelle capitale, en faisant abstraction des chinois (très nombreux), des sinogrammes publicitaires (énormes) et des dizaines d’immeubles en construction. Nuit dans un hôtel, puis départ pour Fuyan.

GIF - 11.5 ko
Les cultures en terrases entre Zunyi et Fuyan

9h de route, pause comprise. On a traversé la campagne chinoise et vu des paysages magnifiques, avec des milliers de en terrasses pour les cultures, certaines collines étant cultivées de la base au sommet. Nous croisons plein de monde sur les routes, qui marchent en portant des hottes en bambou pleines de tout et n’importe quoi. En effet, très peu de monde possède une voiture, ici, et le principal moyen de déplacement est la marche.

On a traversé Zunyi, ville moyenne de quelques centaines de milliers de personnes, urbanisée comme paris, puis Wenquan, petit village où l’on retournera plus tard au cours de l’expédition. Entre Wenquan et Zheng’an, la campagne est splendide. On arrive à Fuyan, de nuit, sans voir à quoi ça ressemble.

JPEG - 43.1 ko
Autour du poëlle
Les repas dans le tout petit restaurant de fuyan sont rustiques : assis autour du poëlle, nous nous réchauffons dans la pièce glacée alors que la nourriture reste au chaud au dessus du charbon (photo Alex Andrieu)

L’auberge qui nous accueille est spartiate. Le poêle à charbon du rez-de-chaussée envoie une fumée très nauséabonde à l’étage, où se trouvent nos chambres, les sanitaires -un trou dans le sol- sont rudimentaires (mais ils ont cependant le mérite d’exister, me fera-t-on remarquer), les chambres, très décrépies, ont des fenêtres qui ne ferment pas (il ne fait pas loin de zéro dehors). Malgré cela, ils ont fait des efforts pour nous : ils ont mis des couvertures chauffantes dans les lits ! Ce détail est typique de ce que j’ai pu trouver en Chine au cours de cette expé : dans le fin fond d’une campagne, dans un village très pauvre, on trouvera un détail (dans un magasin, chez quelqu’un...) très moderne qui paraît décalé par rapport à tout le reste.

Mardi 1er mars
Premier jour d’expé

Aujourd’hui, premier jour d’expé dans Yanyanshiadong, avec Christine (Jean et Robert à Yanyanwadong). Il a neigé dans la nuit, et nous faisons une longue marche d’approche sur une piste extrêmement boueuse, au milieu des champs de thé enneigés. Notre première mésaventure (il va falloir s’y habituer) est due au fait est que le chauffeur de 4x4 nous pose dans un coin perdu, et nous dit que la grotte est juste à côté. Jean ne reconnaît pas le lieu, mais motivés, nous marchons, marchons, le long de cette route gadouilleuse. Nous décidons de couper à travers champs, et avec ce rythme effréné nous n’avons pas le temps d’avoir froid ! Jean semble reconnaître le vallon d’à côté, et quelques kilomètres plus loin, nous sommes au col... où arrivent simultanément notre chauffeur et deux guides plus au fait. Le problème : il semble que He Wei se soit trompé et ait donné le mauvais nom de grotte au chauffeur.

Bref, la grotte est à 5 minutes, dans un paysage majestueux et un petit village se niche au milieu des champs. Les guides nous accompagnent jusque dans la grotte où ils attendront dans le noir notre retour. D’ailleurs, au retour, les enfants du village sont dans le trou, et certains ont même modifié notre équipement pour descendre le puits en nouant la corde autour de morceaux de bambous pour faire une échelle de perroquet. Les futurs explorateurs sont là.

JPEG - 85.5 ko
La grotte de Lingshandong
Dans la salle principale, nous avons retrouvé des vestiges d’exploitation du nitrate par les chinois, non-datés. (photo Jean Bottazzi)

Après un bon repas, nos commençons le report topo qui se terminera vers 0h30, et le lit est bienvenu.

Mercredi 2 mars
Découverte de la galerie du Feng Shui

Belle journée d’exploration, avec Nico, à Lingshandong, le nouveau nom de la grotte que l’on a exploré la veille. Nous faisons une escalade au-dessus du grand puits, facile mais impressionnante, afin de rejoindre une galerie que nous croyons apercevoir en face.

JPEG - 77.3 ko
Lingshandong
Nico fait une pause cigarette au dessus de 60m de vide.

Après la dernière longueur, Nico débouche dans le fameux départ et tombe sur ... des restes de cordes en bambou, très vieux, qui se désagrègent au toucher. Ces maudits chinois étaient vraiment très méthodiques et habiles pour les explorations afin de trouver le précieux nitrate. La suite est une galerie rectiligne de 300m, 30x5, avec un courant d’air à éteindre l’acéto. Nous arrivons ensuite dans une grande salle, avec plein de départs partout. Elle est de plus maçonnée par endroit. Les chinois ont construit fours, citernes de décantation pour l’exploitation du nitrate, et consolidation des chemins de passage, nivellement des surfaces...
Enfin, nous nous arrêtons dans une immense salle d’effondrement, avec des blocs de 20m d’arête. Retour en même temps qu’Eric, Alex, Carole, Christine.
Bon petit repas puis report topo jusqu’à 1h.

Jeudi 3 mars
Suite des explorations à Lingshandong

GIF - 2.7 ko
Bol trouvé à Shanyangdong
Le bol, en terre cuite brute, non-emmaillé, a été trouvé au fond d’un tout petit boyau étroit près de la salle du balcon

Nouvelle journée à Lingshandong, avec Jean pour binôme. Alors que les autres membres de l’expédition essaient de varier les plaisirs en faisant changeant de zone régulièrement, je préfère me consacrer à une seule cavité.
On reboucle plusieurs galeries, et on trace 1 borne de topo dans une galerie gigantesque de 60m de haut sur 10m de large. Le temps est toujours maussade, et il pleut, malgré la saison sèche.

Ce matin, il y avait le marché à Fuyan. Tous les commerçants avaient sorti leurs marchandises, et sous l’apparente multiplicité des échoppes, tous ont les mêmes produits à vendre. Et malgré l’absence de confort élémentaire (maisons glaciales, pas d’isolation, situation rurale et reculée, pauvreté extrême), j’ai vu une console de jeu vidéo en vente.

Vendredi 4 mars
Mawandong

GIF - 3.1 ko
Bol trouvé à Mawandong
Ce bol en céramique émaillé, blanc et bleu, a été trouvé près d’un four à nitrate dans la galerie ouest, parmis d’autres objets ébréchés.

Aujourd’hui, tout le monde part dans Mawandong. Je vais topographier la galerie qui part à l’ouest, dans la méga galerie du Schnord. Mawandong s’ouvre au pied d’une falaise somptueuse. Depuis le premier jour, c’est la première fois qu’il fait beau. On marche donc à travers les rizières, les cultures en terrasses. C’est très beau. On traverse aussi des hameaux de 3-4 maisons, isolées parmis les rizières.

Mawandong a été exploitée pour le nitrate (comme les autres grottes), qui servait à fabriquer la poudre à canon. Le porche est très haut (70m) très large (100m) et on y voit clair sur plusieurs centaines de mètres. Les traces de chinois sont omniprésentes. Pour protéger cette mine naturelle, ils ont construit une muraille double, afin d’empêcher l’ennemi d’entrer, mais aussi pour protéger le site d’une attaque qui viendrait de l’intérieur, par la rivière...

JPEG - 107 ko
Mawandong
Belle galerie fossile qui devrait logiquement jonctionner avec Lingshandong (photo Jean Bottazzi)

Plus profond dans le réseau, il y a des traces de partout, des fours, et des bassins de lavage tous les 300m ou moins, et à quelques endroits, on voit qu’il y a vraiment eu du travail et du monde, tellement le rocher est patiné. À 3km de l’entrée, la galerie présente toujours des marques de nombreux passages. Le shunt du P30 de la rivière est patiné par le passage, et durant 600m, on a l’impression d’être dans une carrière souterraine du style de celles de Montrouge, car ces 600m ont été désobstrué et mis au gabarit d’un chinois avec son chargement sur le dos.

Donc aujourd’hui, explo dans une belle galerie rectiligne, horizontale, au sol plat. Nous avons fait des visées de plus de 80m, 1,2km de topographie dans une méga-galerie, mais pas de première.... On a l’impression, tant par les volumes, le sol jonché de blocs, que par le passage, être dans le gouffre berger. Les chinois sont allés partout. On crapahute comme pas permis. Jean, qui m’abandonne lâchement à un moment (!), va voir la suite de la grosse galerie. Je fais un somme, commence à grelotter et je fais une tortue. Les trous ne sont pas froids, mais on n’est pas bien habillé non plus ! Le retour se fait pour ma part au radar, et la nourriture du soir avalée goulûment.

Samedi 5 mars
Repos

JPEG - 33.7 ko
Le report topographique
Explorer les grottes est un plaisir qui se poursuit par le dessin de la topographie suites aux mesures prises, et la publication des résultats

Aujourd’hui, journée de repos. On rattrape le retard au niveau de la topographie, on fait une petite ballade dans le village et alentour. J’ai pris un cours de chinois durant 1h30 avec une gamine vite rejointe par ses amis.

Dimanche 6 mars
Lingshandong livre de nouveau secrets

Ce matin, de nouveau il y a le marché à Fuyan : des salades, des champignons, plein de légumes, et du bazar. Chaque maison sur la rue principale est une échoppe, ouverte pour l’occasion.

On part sous le soleil, rare, en direction de Lingshandong. Je pars avec Eric vers la baignoire. On grimpe, descend, on crapahute. Je vais équiper la vire au-dessus du lac (grand gours). Ça fait peur, mais l’adrénaline n’est pas désagréable. En bas, nous trouvons un nouveau puits, puis encore un et nous arrivons dans une méga-galerie. Cette galerie fait presque 100m de large par endroit, et on ne voit pas la paroi opposée. Au retour, nous nous perdons et on a tourné en rond 30min avant de changer de stratégie et trouver la sortie.
TPST 11h. Pas mal, on est crevé.

Le restaurateur nous a préparé des nouveautés, puisque c’est jour de marché, et on s’est régalé. On mange les pieds de cochons qui traînaient accrochés au mur depuis le début du séjour. La galerie que nous avons faite était extrêmement poussiéreuse : mes vêtements sont tout imprégnés de poussière qui vole lorsque je bouge. Je suis aussi assez sale, surtout les mains et les pieds, vu l’environnement. Nous devrions partir de Fuyan le surlendemain, après une ultime sortie à Lingshandong pour tenter de faire la jonction entre Lingshandong et Mawandong, ce qui serait la cerise sur le gâteau.

Lundi 7 mars
La jonction

JPEG - 58.9 ko
Descente vers le grande galerie
Technique irréprochable pour rester en toute sécurité lorsque l’on se trouve en Chine. en cas de pépin, ne pas compter sur les secours

Retour assez tard, ce soir, pour le groupe de Lingshandong : 5 étaient allés dans la galerie nord, qui d’après la topo devait jonctionner avec Mawandong. Ils y sont arrivé, mais non sans peine. Pleins de ressauts, une baignoire...

Je suis retourné dans la galerie sud, avec Jean et Robert. Nous avons continué la gigantesque galerie Hop, puis, à la faveur d’un changement de direction, nous sommes tombés sur une galerie avec un fort courant d’air (100m3/s minimum), régime estival (rappel : nous sommes en hiver, mais suite au beau temps depuis quelques jours, les courants d’air se sont inversés). Nous trouvons la rivière de lait, petit actif quasiment stagnant dans le lit duquel se dépose de l’argile et une fine pellicule de particules blanc laiteux ; enfin, nous arrivons sur un actif qui tombe dans un des collecteurs présumés du massif : 3h de topo, 2km. Pas mal

À la fin de ces 7 jours de spéléo (dont 6 de terrain et un de repos), on a topographié un réseau de 17km. C’est encourageant pour la suite de l’expé...

Mardi 8 mars
Transfert pour Sipin...

Le matin, nous sommes tous conviés chez le gouverneur de Fuyan (qui est une femme). Elle a fait venir de Zheng’an le responsable du PCC (n°1), le chef de canton (n°2) et le directeur du bureau des sciences et technologies (n°3). Il est remarquable que ces pontes se soient déplacés, puisqu’ils ont été prévenus la veille, et qu’il faut presque une journée de route faire l’aller-retour jusqu’à Fuyan. Réunion simple, presque informelle où Jean a expliqué ce que nous avions fait au cours de cette semaine. Durant la réunion, (où n°2 et n°3 n’étaient pas là, bien qu’on les ait vus juste avant), la gouverneur se lève régulièrement pour répondre à son téléphone puis revient quelques minutes plus tard, alors que Jean continue son explication. Déroutant.

Ensuite, nous prenons un repas collectif, les chinois portant des toasts en l’honneur de leurs invités, selon la tradition. Ils boivent un alcool de riz, cul-sec, puis montrent à leur interlocuteur que leur verre est bien vide. Ils (ou elle) boivent avec dégoût, mais dès le verre fini, ils t’en servent un à nouveau. C’est le protocole. Après 5 cul-sec (kambe) en 5 minutes, plus 3 bières, certains se laissent aller...

Le gouverneur est intéressant. C’est tout d’abord une femme, jeune (31ans), élue. Habillée en jogging violet (alors que les autres sont tous en costume occidental), avec un téléphone portable rose métallisé et sa voiture de fonction, un gros 4x4 décoré de peluches roses, je pense qu’elle ne se trouve peut-être pas à sa place dans ce village boueux perdu dans les montagnes, alors qu’elle a étudié aux états-unis.

Départ à 13h pour Wenquan où l’on doit retrouver Li Po. Paysages toujours aussi magnifiques, malgré les maisons délabrées et la pollution de partout. Ici, la rivière coule jaune...
Toujours impressionné par les cultures en pentes, en terrasses ou en forte pente selon le type de culture et leur besoin en eau. Les plantes ayant le plus besoin d’eau sont cultivées dans des terrasses horizontales, alors que celles ayant des besoins plus modestes sont cultivées sur des lopins en pente, et l’eau ruisselle.
On s’arrête à Zheng’an pour acheter un gâteau pour fêter l’anniversaire de Nico. Ça ne faisait pas 10 minutes que le bus était arrêté que deux jeunes, bien habillés, montent dans le bus et commencent à me poser des questions. Ce sont des policiers en civils qui me posent pleins de questions : quand sommes nous arrivés, combien sommes nous, qu’il faut être « enregistré » lorsque l’on entre à Zheng’an... Je les redirige vers He Wei qui s’en charge. Il s’est avéré après coup qu’ils étaient parfaitement au courant de toutes les réponses aux questions qu’ils posaient. Mais non, je vous assure qu’on n’est pas surveillé lorsque l’on va en Chine !

On arrive ensuite à Wenquan à 16h, et nous enchaînons avec le repas. Le vin acheté pour l’occasion ressemble à tout sauf du vin : goût de grenadine, vin gris, clair,...

GIF - 5.3 ko
Transfert en bus vers Sipin
La route, en cours d’élargissement, est réduite à une voie avec régulièrement des tas de cailloux

On reprend la route pour Sipin, prochaine étape de notre expédition, où nous devrions passer quatre jours. Sur le bas-côté de la route, nous remarquons les tas de cailloux qui servent à refaire la chaussée. La plupart des routes sont en terre, les routes principales sont cailloutées, et les plus grands axes sont cimentés ou bitumés. Ici, ils sont en train l’élargir, et du coup, sur notre route pour aller à Sipin, il ne reste qu’une voie sur 20km, dans une route sinueuse de montagne, et à 21h30, le bus se coince entre deux énormes rochers.

GIF - 5.3 ko
Une manoeuvre délicate !

Il recule, tente une manœuvre, arrache un bout de carrosserie puis tente un demi-tour sur cette route étroite. Même moi, en voiture, je n’aurai pas tenté le demi-tour de nuit sur une route de montagne en pente, sans parapet et en bord de ravin ! Mais il est fort !

Retour à 23h30 à Wenquan. L’étape Sipin sera supprimée du programme.

La suite du journal nous mènera donc au cours du parc de la Shuanghe...

Suite du journal...

retour rubrique: Fuyan

Un message, un commentaire ?

Répondre à cet article

français
Fuyan
Shuanghe
Xinjiawan
Semaine de la Spéléologie
Liuguang

écrire à l'auteur

Espace privé
Dernier ajout: 19 mai 2016. Site réalisé sous SPIP